REVUE DU WEB # 1

Artificial-Intelligence-Steven-Spielberg-critique1

(A.I – Intelligence artificielle – Steven Spielberg / 2001)

«Nous pensons que l’Internet est réel»

(Peter Sunde / TPB AFK)

Le territoire internet n’a de limite que les machines qui le structurent. Chaque ordinateur connecté à la toile génère son propre contenu et alimente  de données supplémentaires le réseau des machines connectées. Tels les bâtisseurs de Minecraft qui font grandir leur monde en jouant, les internautes font grandir la toile en surfant. La planète compte plus de 3 milliards d’internautes dont 2 milliards sont inscrits à au moins un réseau social. Chaque minute 3 millions de contenus sont partagés sur Facebook, 4 millions de recherches transitent via Google, 75 heures de vidéo sont téléchargées sur Youtube. S’ajoutent à cela, les blogs, les sites, les photos partagées, les cartes, la musique, les mails, les forums, les tchats, etc…

Comme un espace urbain, le web à ses quartiers, ses rues, ses faubourgs, ses bibliothèques, ses marchés, « ses cafés », ses coins peu fréquentables, etc… Mais contrairement à l’espace urbain, le web n’est pas ou peu organisé, difficilement transposable à une forme géographique. Cela fait d’ailleurs sa valeur et cet apparent chaos de contenus entremêlés, ne doit rien au hasard. Le web a été conçu avant tout comme un espace de libertés, décentralisé, dans lequel chaque utilisateur se construit selon une (éventuelle) évolution du rapport au média qui, d’après Benjamin Bayart, peut se décrire de la sorte : (voir article sur Framagora)

  • consommateur
  • kikoolol
  • lecteur
  • râleur
  • commentateur
  • auteur
  • animateur

Cycle d’évolution des internautes – Benjamin Bayart from simplementNat on Vimeo.

Les moteurs de recherche sont des outils indispensables, mais peu adaptés à une représentation graphique ou intellectuelle de l’internet, de ses contenus ou de ses auteurs. C’est un monde trop vaste, constitué de superpositions d’objets hétéroclites, qu’il est aujourd’hui nécessaire de « cartographier », pour en dessiner les contours et en dégager de grands axes. Il faut en somme se soustraire à l’idée infondée d’un Internet pensé en royaume des virtualités et s’avancer méthodiquement vers l’image d’un Internet prenant la forme d’un territoire.

Dans cette jungle d’informations et dans cet espace à l’architecture complexe, la revue du web entend apporter un éclairage subjectif en dégageant les grandes tendances qui opèrent sur la toile. Loin d’être exhaustive, cette rubrique bimestrielle permettra (en s’appuyant aussi sur les commentaires) de synthétiser les grands débats secouant les réseaux, de mettre en valeur des objets passés inaperçus, de présenter des œuvres et des contenus précieux, en somme de refléter les cultures numériques en ébullition permanente.

Exploration, errance, fascination, découverte, perte de temps, obsession, ennui, procrastination, rencontre… La revue du web est ouverte!

JANVIER // FÉVRIER 2016

1 // Surveillance généralisée //

o-BIG-BROTHER-OBAMA-1984-facebook

Depuis les révélations d’Edward Snowden en juin 2013, la surveillance des réseaux par les hautes autorités ou par les gros acteurs du G.A.F.A.M, fait l’actualité quotidienne de la toile. Ces deux derniers mois n’ont pas échappé à la règle et l’actualité confirme une fois de plus le mépris presque total des hautes autorités quant à la protection des données personnelles et la mobilisation citoyenne grandissante en réaction.

Arte a donc pris l’initiative de mettre en ligne un dossier plutôt complet permettant de faire le tour de la question à travers des articles et vidéos de qualités :

Souriez, vous êtes cybersurveillés !

Ce dossier permettra notamment à ceux qui ont l’impression d’être dépassé par le sujet d’y voir un peu plus clair.

Côté « surveillance », la loi sur le renseignement promulguée en France le 24 juillet 2015 fait plus que jamais débat. Next impact nous informe dans deux articles des réserves émises par l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) et (plus timidement) par la Cnil (Commission nationale de l’informatique et des libertés) au sujet de cette loi.

Pour ceux qui se sentiraient dépassés par les tenants et aboutissants d’une telle loi, il y a heureusement une explication faite en « patates » (tout de suite plus digeste):


La loi sur le renseignement expliquée en patates par lemondefr

Dans la galaxie des opposants à cette loi et au prolongement de l’état d’urgence, la voix d’Edward Snowden résonne peut-être de manière plus intense, étant donné son parcours et l’élégance de son tweet posté en français à destination des citoyens de notre pays :

Plusieurs articles reviennent d’ailleurs sur l’importance d’un tel message de la part du lanceur d’alerte le plus célèbre de ces dernières années. C’est le cas de Numérama, Courrier Internationnal, ainsi que du Nouvel Obs.

Pour ceux qui s’intéressent au cas Edward Snowden et aux conséquences de ses révélations, nous renvoyons au travail formidable réalisé par Laura Poitras dans son film Citizen Four :

Sur la même longueur d’onde, évoquant l’état d’urgence, la Quadrature du net par la voix de  Philippe Aigrain, l’un de ses cofondateurs, dénonce une loi masquant les prémices d’un « état policier » (texte initialement publié sur le blog de son auteur):

État d’urgence : l’infamie ne doit pas cacher la mise en place d’un état policier

Pour autant, il s’agît d’être vigilant et de ne pas se laisser entrainer par les diverses manipulations ou théories du complot qui fleurissent ça et là, profitant de l’émotion vive suscitée par les attentats de novembre 2015 à Paris. Si l’on peut regarder avec intérêt et distance critique l’initiative gouvernementale stop-djihadisme.gouv.fr ou la campagne officielle On te manipule, des vidéos très instructives émergent ailleurs et donnent aux internautes les conseils méthodologiques à suivre pour vérifier l’information. La chaine Youtube Hygiène mentale est à ce titre exemplaire en permettant aux internautes de se former aux méthodologies de recoupement des sources et de vérification des documents.

Pour finir sur le thème « Surveillance généralisée » et lanceurs d’alertes, le cas complexe de Julian Assange a connu en février un tournant important. En effet, un groupe de travail des Nations Unis (conçu autour des détentions arbitraires) a rendu un rapport de plus de 40 pages en faveur du fondateur de Wikileaks cloîtré depuis juin 2012 dans l’ambassade équatorienne de Londres.

Le matin même, Julian Assange était l’invité de la matinale de France Inter (invitation prévue en amont) et réagissait sur le vif :

Deux articles d’Amaelle Guiton (journaliste à Libération) nous permettent de faire le point sur cette affaire ici et ici, ainsi qu’un article sur Next impact et un autre sur le site précieux de l’Ojim (Observatoire des journalistes et de l’information médiatique)

Pour ceux qui n’auraient suivi que de loin l’affaire Julian Assange, La web revue PIXEL récapitule les faits de manière simple et précise et en profite pour faire un point sur l’organisation WikiLeaks.

2 / / Loi sur le numérique //

 Heureusement, les dispositifs de « régulation » de l’internet ne visent pas qu’à surveiller les citoyens, mais tentent d’humaniser un média devenu principal vecteur d’un libéralisme sauvage ou de pratiques détestables. La loi sur le numérique tant débattue ces dernières semaines essaye d’apporter des réponses concrètes à des situations devenues de plus en plus floues (concurrence déloyale, revenge porn, droit à l’oubli, etc…).

La revue Pixel apporte un éclairage sur les enjeux de cette loi. D’autres articles sur Next impact ou Rue89, permettent d’approfondir le sujet.

3 // Intelligences artificielles et robots //

real-humans-5114c67dee28bPrécédés ou anticipés par les fantasmes de la littérature, du cinéma ou de la bande dessinée,  les robots prennent le devant de la scène depuis plus d’un an. Que leur apparence soit Humanoïde ou non, les robots sont d’ores et déjà pensés par les industries de pointe comme les compagnons de demain et la recherche connexe autour de « l’intelligence » artificielle n’a jamais été aussi riche.

Pour se familiariser en douceur avec le sujet, le monde a mis en ligne un dossier passionnant intitulé «A quoi rêvent les robots». Tant fascinant qu’inquiétant, ce dossier nous permet de tisser des connexions entre fantasme et réalité avec un écart qui parait se réduire de plus en plus.

A France culture le sujet interpelle suffisamment pour y consacrer une matinale dont l’intitulé a le mérite d’être clair : Faut-il avoir peur de l’intelligence artificielle?

A réécouter sur le site ou sur le lecteur ci-dessous :


Les Matins / Faut-il avoir peur de l… par franceculture

On se souvient de la première défaite d’un joueur d’échec professionnel face à une machine (défaite de Garry Kasparov face à Deep blue d’IBM, qui avait semé le doute chez les amateurs d’échec). C’est un joueur de Go qui cette fois s’est incliné, ce qui est une première dans l’histoire. Au-delà de la prouesse technologique, la recherche autour de l’intelligence artificielle est l’enjeu d’une véritable guerre industrielle entre notamment Google et Facebook. Le monde nous raconte cette partie historique en deux articles, ici et ici et nous offre le portrait de Français Yann LeCun, véritable génie de l’intelligence artificielle.

Une actualité autour des robots qui sera certainement l’occasion de se refaire une culture en la matière avec des Films comme Métropolis de Fritz Lang (véritable chef d’œuvre tombé dans le domaine public et visible intégralement sur Youtube), la belle réinterprétation de ce classique en animé , le superbe Blade Runner de Ridley Scott adapté du non moins superbe roman de Philip K Dick (Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?), la fascinante rencontre entre Stanley Kubrick et Steven Spielberg A.I Intelligence Artificielle où les mythes de Frankenstein et Pinocchio se rencontrent, le plus récent Her de Spike Jonse ou la superbe série suédoise Real Humans. En matière de Bd, le manga Pluto de Naoki Urasawa (relecture d’Astro par le fitre Dickien) est à lire de toute urgence.

Ci-dessous une petite vidéo mise en ligne par Sploid qui retrace l’apparition des robots au cours de l’histoire du cinéma.


Pour les plus passionnés, désireux de mettre les mains dans le cambouis et de s’attaquer directement à la conception de robots, sachez que ce rêve est désormais accessible et peu couteux, en vous rapprochant d’un Fab lab ou en vous rendant tous les 3eme samedi de chaque mois au carrefour du numérique de la cité des sciences à Paris.

4 // La langue et les outils //

La langue française souffre de sa grande complexité et des claviers azerty peu adaptés à ses spécificités. E dans l’a (æ), e dans l’o (œ), É majuscule, tant de caractères que nous renonçons parfois à orthographier correctement à cause de ses maudits claviers. Si cette difficulté vous est indifférente (elle fait même rire la toile), sachez cependant que ça agace le ministère de la culture qui a chargé l’organisme de normalisation Afnor de concevoir un type de clavier plus adapté à notre langue. Articles ici, ici et ici.

Des outils gratuits et open source existent cependant et facilitent véritablement la tâche, comme Wincompose (télécharger ici) dont les principes sont évoqués ici.

Bonne nouvelle également pour les amoureux de la langue et défenseurs de logiciels libre, la suite bureautique Libre Office fait peau neuve et s’impose définitivement comme l’alternative la plus évidente à Microsoft office. Pourquoi faire propriétaire quand on peut faire libre?

5 // Impression 3d //

ultimaker-amortissement-impression-3DL’outil se démocratise de plus en plus et fait le bonheur des bidouilleurs, maquettistes et créateurs en tout genre.

Pour les sceptiques, Arte Future propose un dossier complet sur l’intérêt de ce nouveau type d’outil : Les imprimantes 3d une révolution?

De son côté, Korben, précieux blogueur, relate son expérience avec la Dagoma Discovery 200 , une imprimante 3d premier prix à monter soi-même et nous livre par la même occasion quelques précieuses ressources ici et ici.

6 // Réalité virtuelle //

Pas une journée sur la toile sans que la réalité virtuelle ne soit au cœur des débats. La concurrence est rude en matière d’innovation et ces deux derniers mois n’ont pas échappé à la tendance avec, tout d’abord, l’arrivée compliquée du très attendu casque Occulus Rift, les innovations en terme de réalité cinématique de Magic Leap, l’entrée dans l’arène de Nintendo, les omniprésents Apple et Google toujours pleins de ressources et pour finir, Samsung au tournant, qui compte bien prendre sa part du gâteau.

Ces innovations n’inspirent pas forcément des visions d’un monde meilleur, la preuve avec la bande annonce de Creative Control, film d’anticipation plutôt sceptique à l’égard des réalités augmentés qu’on nous prépare un peu partout.

La vraie vie, bande dessinée de Grégory Mardon (dessin) et Thomas Cadène (scénario), voit le futur un peu moins sombre et trace un portrait en nuance de ceux qu’on appelle les « nerds », immergés dans des réalités non pas virtuelle, mais d’un genre nouveau… des réalités numériques.

Mardon5

Mais dans ce monde de pixels, qu’en sera-t-il de nos identités numériques? Avec France connect, l’état élabore une proposition d’identité numérique officielle pour chaque citoyen. A suivre en 2016!

7 // Steve Jobs //

Le mythe de Steve Jobs est une nouvelle fois réactivé avec le beau film de Danny Boyle actuellement à l’affiche.

Quelques critiques pour vous mettre l’eau à la bouche :

Critique Geek, Télérama, Les inrocks, On rembobine entre autre.

Et comme il faut savoir rire de tout (même de Steve Jobs!), il est bon de se repasser ce petit éclairage du célèbre Youtubeur Norman au sujet de l’univers Apple:

8 // France culture change de peau //

Pendant ce temps, le site internet de France Culture se fait un petit lifting et c’est une très bonne nouvelle. L’interface est simplifiée, le design plus moderne, les contenus numériques plus riches et les dossiers plus complets.

Pour fêter ça, l’irremplaçable Xavier de la Porte nous offre son dictionnaire intime du numérique à consulter de toute urgence ici (Oui, le numérique peut inspirer de la poésie) : Dictionnaire intime du numérique.

8 // En vrac //

8 // Bonus //

Un jeu pour le moins inclassable, qui se passe de commentaires…

A ne pas mettre entre les mains de tout le monde!

Cette revue du web se termine sur cette chose invraisemblable, vous pouvez maintenant vous éloigner du clavier et profiter de la vie IRL…

Rendez-vous dans deux mois pour le numéro #2.

spinv_1Merci à Sabine Jouve pour l’aide et les liens sur cet article.

3 Responses to “REVUE DU WEB # 1

Trackbacks & Pings

  • REVUE DU WEB #2 – Fontenay numérique :

    […] temps est passé bien vite depuis la dernière revue du web et l’engagement d’en faire une rubrique trimestrielle n’est pas tenu! L’information est […]

    8 mois ago