Etudier et réviser autrement

Méthodologie :

Parce qu’étudier, réviser, ne rime pas forcément avec ennui, parce qu’il faut savoir sortir des manuels scolaire parfois, pour y retourner plus sereinement, parce qu’une autre approche d’un sujet peut parfois conduire à sa compréhension, internet semble aujourd’hui un outil indispensable pour étudier, réviser et tout simplement accéder à la connaissance.

Utiliser les outils en ligne pour organiser ses prises de notes et sa veille documentaire, suivre l’actualité des divers grands domaines de la connaissance est toujours un bon point. Internet fourmille de ressources complémentaires et d’outils pour vous aider dans cette tache.

Petit tour d’horizon.

 I/ Les outils

Veille / agrégateur de flux :

Feedly : Un agrégateur de flux disponible sous forme d’extension navigateur (Firefox / Chrome) et d’application (Android, Ios). Cet outil vous permet d’organiser une veille sur les sites et blogs de votre choix, et d’accéder aux podcasts, via une interface simple, sur vos pc, smartphones ou tablettes. Incontournable pour ne pas perdre un temps fou lorsqu’on consulte de nombreux sites chaque jour.

Pocket : Sous forme d’extension et d’application, pocket vous permet de sauvegarder tous les articles web que vous n’avez pas le temps de lire immédiatement. Vous pouvez ensuite y accéder, même sans connexion internet. Les articles sont synchronisés sur smartphone et pc.

Clearly : Clearly est une extension navigateur pas indispensable mais précieuse lorsqu’on passe beaucoup de temps de lecture sur le web. Son rôle est de dépouiller la page de tout le superflu (pub, images sans rapport avec l’article, menus de navigations…) pour valoriser l’article et le rendre le plus lisible possible. Connectée à Evernote, cette application permet d’annoter des articles et d’en conserver des passages.

Travail collaboratif :

Framasoft (framapad, framamindmap):

Framasoft est le portail du logiciel libre en France. Son annuaire des logiciels libres est un véritable trésor qui vous permettra de trouver le logiciel dont vous avez besoin, sous licence libre et presque toujours gratuit. De plus, Framasoft permet d’accéder à des outils de travail collaboratif en ligne comme Framapad (traitement de texte collaboratif qui permet de rédiger un document à plusieurs, éloignés dans l’espace), Framamindmap (pour organiser ses idées), etc…

Vous pouvez également y télécharger une Framakey et l’installer sur votre clé usb, afin de transporter vos logiciels de travail où que vous alliez (comme à l’EPN de la médiathèque)

Hackpad:

Hackpad est un Pad comparable à Framapad, mais proposant plus de fonctionnalités (insertion de vidéos ou de sons) et à l’interface plus aboutie.

Google drive: Google drive est la suite bureautique associée à tout compte Google. C’est un espace de stockage pour tous vos documents. Un espace également pour créer des fichiers de travail avec les outils intégrés de Google (traitement de texte, tableur, présentation, mindmap, etc…), et enfin un espace de travail partagé pour travailler en groupes sur vos documents.

Favoris

Pearltrees:

Pearltrees est une extension de navigateur, une application et un site internet permettant d’organiser ses favoris de manière thématique et de les partager. L’intérêt majeur de cet outil est de proposer une forme de réseau social de partage de contenus sur le web. La communauté étant importante, il y a fort à parier que vous puissiez trouver quelques perles sur vos sujets de prédilection grâce à la veille minutieuse des autres membres.

Traducteur

Google translate:

Service simple et plutôt efficace de traduction en ligne de Google.

Encyclopédie 

Wikipédia

Contrairement aux bruits qui circulent, l’encyclopédie libre en ligne Wikipédia est d’une grande richesse et d’une grande qualité. Sa nature participative peut laisser à penser que les erreurs, aberrations ou approximations y sont légions, mais des études très sérieuses ont pu démontrer qu’elle n’en contenait pas beaucoup plus que l’encyclopédie Britanica (équivalent d’Universalis ). Le nombre, la qualité et la réactivité des contributeurs y est pour beaucoup. La charte d’utilisation de l’encyclopédie permet également d’ériger certains principes garantissant notamment, la neutralité de point de vue et l’information sourcée. Enfin, les licences d’utilisation libres utilisées permettent à tout un chacun de copier ou de modifier un article pour l’utiliser dans le cadre de son travail personnel. Accompagné de la banque d’images, de vidéos et de sons qu’est Wikimédia Commons, Wikipédia est un outil indispensable à classer au rang des biens communs les plus importants depuis l’avènement d’internet. La méthodologie consiste cependant à multiplier les sources pour obtenir une information fiable.

Quelques astuces :

  • Il est possible de créer un livre pdf et de le faire imprimer à partir d’une sélection personnelle d’articles trouvés sur Wikipédia.
  • Chacun peut, avec ou sans compte, rédiger ou modifier un article. Celui-ci, s’il respecte la charte et est de qualité, sera présent sur l’encyclopédie.
  • wikimédia commons permet de trouver des images, vidéos ou extraits sonores de grande qualité, et sous licence libre, pour illustrer ses exposés sans aucun problème de droit à l’image (celui-ci étant donné).
  • La rubrique « Discussion » présente dans un onglet à côté de chaque article permet de voir l’évolution dans l’écriture d’un article et les débats, enjeux, qui sous-tendent la rédaction des articles dont les sujets sont les plus « controversés ».

 Bibliothèque numérique

Gallica

Gallica est la bibliothèque numérique de la BNF. Elle permet d’accéder à plus d’un million de documents libres de droit ou tombés dans le domaine public (livres, cartes, enluminures…). Elle est en accès libre et offre plusieurs outils, comme la possibilité de télécharger un livre pour l’imprimer. Un site indispensable.

Eurêka

Depuis quelques mois, tous les habitants du Val de marne inscrits en médiathèque bénéficient d’un accès à la plateforme Eurêka pour leurs loisirs (musique, films, lecture ) et aussi pour leurs études (Autoformation, soutien scolaire, langues et FLE, conférences, permis de conduire, etc…). Une véritable médiathèque numérique donc qui complètera les collections physiques présentes sur les médiathèques respectives et dont il serait dommage de se priver.

Dictionnaires

Général : http://www.lexilogos.com/

Synonymes – CRISCO : http://www.crisco.unicaen.fr/des/

Antonyme : http://www.antonyme.org/

Etymologique, CNRTL : http://www.cnrtl.fr/etymologie/

II/ Généralités

Des sites utiles pour réviser le bac par disciplines, avec annales d’épreuves, exercices, corrigés. Spécialement conçu pour les étudiants (la richesse de ces deux ressources étant suffisante pour parcourir l’ensemble des disciplines, le reste de l’article sera ouvertement orienté vers des contenus plus « atypiques »)

Netvibes : http://www.netvibes.com/infosemplois#Revisions_Examens

Un Netvibes conçu par nos collègues de la médiathèque Margueritte Duras dans le 20eme à Paris et qui fourmille de renseignements et de sites ressources. Extrêmement complet, il vous permettra d’aborder les révisions sereinement.

BOITE A DOC : http://www.letudiant.fr/boite-a-docs/

Des fiches de révisions, des annales, des épreuves corrigées dans toutes les disciplines et pour tous les niveaux.

III/ Réviser autrement

Pour sortir des manuels scolaires et des sentiers battus, rien de tel qu’explorer le net à la recherche de sites, contenus, blogs, présentant les sujets de votre programme d’une manière singulière, avec un autre angle ou selon un dispositif inédit. Si cette méthode ne remplace pas les révisions à l’aide des cours et des manuels, elle permet de les enrichir sérieusement et fait souvent la différence entre une leçon bien apprise et le petit plus qui fait que l’on sent que l’élève est allé chercher de lui-même des ressources et des illustrations de ses cours ; en bref, qu’il s’est approprié le sujet.

Les plateformes France Culture et Arte (Arte web production plus particulièrement) peuvent à elles seules alimenter vos recherches de trésors et de trouvailles pour quelques mois. Les sites des grandes institutions, bibliothèques, musées, écoles ou universités fourmillent également de merveilles. Sans parler des outils développés par Google qui offrent souvent une expérience incomparable.

 Géographie / Géo politique

Google map/Google Earth/ Google Treks

https://www.google.fr/maps

On apprend la géographie avant tout par les cartes et, quoi que l’on puisse penser de Google, son service de cartographie en ligne est de loin le plus abouti et le plus fascinant à utiliser. Il permet de localiser n’importe quel point de la planète en quelques clics. D’avoir des aperçus des territoires sous forme de plans, de photographies aériennes ou de « Street View » (réalité virtuelle). De plus, un travail parallèle de Google (Treks) permet de faire un focus sur les endroits de la planète inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco ou dont l’intérêt historique, géographique, artistique et scientifique en font des lieux incontournables  (grande muraille de chine, pyramides d’Egypte, Grand canyon, barrière de corail, Loch Ness, etc.…).

Il est également possible de parcourir certains de ces hauts lieux, sous l’eau ou même de découvrir la surface de mars et de la lune.

Un outil incontournable donc pour illustrer les cours et renouer avec la fascination que peut exercer la géographie.

Radio

Quelques web doc:

Un jeu documentaire « Au cœur de l’industrie pétrolière » dans l’un des hauts lieux stratégiques de l’économie Canadienne. Un site et une expérience saisissante.

 Histoire 

Radio

Une émission incontournable multipliant les points de vue et commentaires sur un même sujet pour permettre de l’appréhender de manière riche et plurielle.

Quelques web doc 

Applications 

 Economie 

Radio

Philosophie 

Toutes les années, les nouveaux chemins de la connaissance se mettent au diapason du Bac philo et organisent une semaine complète dédiée aux révisions. Incontournable pour qui souhaite revoir son programme avec le soutien des grands philosophes et commentateurs du moment.

Un site ressource fabuleux, avec accès aux podcasts, pour appréhender la philosophie dans ses débats les plus exigeants et les plus contemporains. Un peu pointu pour les débutants, mais donne un bon aperçu de ce à quoi peuvent ressembler les études en philo lors de l’enseignement supérieur.

Lettres 

Littérature au Lycée

Un blog pour aider les élèves de section littéraire (et même les autres).

Sciences 

Des sites 

Un site tourné vers le monde de demain, et vers le monde d’aujourd’hui à travers ses inventions et ses débats les plus novateurs. Science, écologie, nouvelles technologies s’y mêlent de façon pertinente en décloisonnant les disciplines pour leur donner plus de sens et un impact plus concret sur la vie de tous les jours. Un site très accessible qui vous permettra d’illustrer vos dissertations d’exemples d’actualité originaux.

Radio

Quelques web doc 

Webgeol

« La plateforme WebGeol développe les thèmes abordés dans L’Europe, l’odyssée d’un continent, qui retrace les origines de la formation du continent européen il y a presque 4 milliards d’années, et La valse des continents, une série sur l’histoire des dérives continentales, expliquée à travers des recherches sur les sites les plus emblématiques aux quatre coins de la planète.

WebGeol, dispositif interactif comprenant 19 vidéos, complète ces thèmes : des coquillages retrouvés dans l’Himalaya, en passant par les roches vivantes d’Australie jusqu’à l’activité sismique dans la Méditerranée toute proche.
Tout au long des vidéos, des liens pour aller plus loin s’affichent et donnent accès à des informations supplémentaires. »

Arts 

Internet fourmille de ressources et de contenus artistiques, commentaires, essais, analyses, blogs d’artistes en tout genre. De Google à certaines perles sur les blogs, les lycéens en histoire de l’art, cinéma audio-visuel, théâtre, arts plastiques, trouveront leur bonheur.

Google Art Project

Lorsque les moyens du géant Google sont consacrés à l’art, le résultat est tout simplement splendide. A travers ce projet, Google donne accès à plus de 32000 œuvres numérisées dans plus de 150 musées à travers plus de 40 pays. Du Moma au Musée d’Orsay en passant par des collections plus modestes, de Vinci à Nan Goldin, les plus grands artistes sont présents à travers des numérisations de leurs œuvres d’une qualité exceptionnelle. Il est ainsi possible de zoomer sur un tableau pour se rapprocher au plus prés du coup de pinceau d’un artiste, comme aucun support ne l’avait permis auparavant. De plus, la fonction « Street view » permet de se promener en réalité virtuelle dans l’enceinte de certains des plus grand musées du monde.

Google Street Art Project

L’équivalent du Google Art project dédié au Street Art.

Musées et institutions 

Ne pas oublier d’aller visiter les sites officiels des grands musées qui fourmillent de contenus et d’informations qui vous seront utiles pour vos exposés (quai Branly, Louvre, Guggenheim, Moma, National Gallery).

Exemples 

Un superbe site dédié à la collection d’art de l’Islam du Louvre.

47 Musées de France – 150 musées thématiques, Archéologie, Beaux-arts, Art contemporain, Arts décoratifs, Sciences et Techniques, Histoire Naturelle, les collections du Nord pas de calais s’exposent sur ce site splendide qui a le mérite de nous faire découvrir des œuvres moins exposées et tout aussi passionnantes que celles des plus grandes institutions.

 Quelques web doc 

« Reclus dans leur appartement de Moscou, Ely et Nina Bielutine veillent jalousement sur une des plus importante et mystérieuse collection d’art de la Renaissance.
Entourés de leur corbeau et de leurs chats et sous l’œil de Léonard, Titien, Michel-Ange et Rubens, Ely et Nina évoluent dans une fiction, un monde qui n’existe que pour eux, un monde ou l’art et le mensonge ont peu à peu pris le pas sur la réalité. »

Un jeu (mais aussi un site et une application) pour découvrir l’art de la typographie à travers les siècles. Des premières peintures rupestres aux typos numériques, en passant par l’imprimerie et les célèbres Didot ou Garamond, ce jeu est un véritable chef d’œuvre du genre aux vertus pédagogiques, au Style clair/obscur inspiré de Limbo, à la poésie infusée dans chaque tableau et à la difficulté bien dosée. Indispensable !

Divers 

« Sélection France Culture de conférences prononcées tout au long de l’année au sein d’institutions culturelles et universitaires françaises tels le Collège de France, l’Université de tous les savoirs ou la Bibliothèque Nationale de France. »

Une émission très bien faite pour parcourir en moins d’une heure l’essentiel de la vie et de l’œuvre de personnalités du monde de la culture, de l’art, de la politique ou de la science et s’en faire ainsi une idée et un premier aperçu.

D’un niveau assez pointu, les étudiants les plus motivés y trouveront matière à développer et approfondir leur programme avec conférences audio et vidéo dans toutes les disciplines. C’est aussi l’occasion pour les lycéens d’avoir un aperçu des études supérieures.

Pour apprendre, toutes disciplines confondues, avec des cours gratuits en ligne (MOOC). Le niveau va de débutant à très avancé.

Photothèque, vidéothèque, podcasts, conférences filmées, un ensemble de ressources extrêmement riches pour accompagner les études.

Un site référençant les initiatives du réseau d’éducation populaire dans toute la France. Vous pourrez ainsi y trouver les cours dont vous avez besoin prêt de chez vous, des podcasts et documents variés et des informations.

« L’Université de tous les savoirs (UTLS) est une initiative du gouvernement français afin de vulgariser les dernières avancées de la science. »

Vous y trouverez des conférences et des cours d’une grande richesse, dans l’esprit de les rendre le plus accessible possible, sous format vidéo ou audio.

 

N’hésitez pas à enrichir cet article de vos commentaires et des ressources que vous auriez pu cibler.

 

Bonne révisions….

 

 

Colloque Internet Solidaire 6 mai 2015

Vous vous souvenez du colloque Internet Solidaire 2013 ? Et bien c’est reparti pour l’édition 2015. Le 6 mai se déroulera la cinquième édition du colloque « Internet Solidaire » à la Maison du Citoyen et de la Vie Associative, en partenariat avec la Région Ile-de-Francela Fonderie, l’association Villes Internet,  la Délégation aux Usages de l’Internet et l’IUT de Marne-la-Vallée sur la thématique « Apprendre à apprendre ». Comment apprendre aujourd’hui ? Quelles sont les nouvelles pratiques d’apprentissage ? Qui apprend à qui ? Dans quels lieux, quelles structures ? Avec quels outils ? Comment résoudre les nouveaux défis, donner et redonner le goût d’apprendre au plus grand nombre ? Comment maintenir et développer un esprit à la fois critique et constructif ? Peut-on en même temps rester fidèle aux valeurs de solidarité, d’écologie et de bien commun tout en acceptant les technologies ? Pas besoin d’être geek pour participer mais les nerds sont les bienvenus ! Toute une journée concoctée par les étudiants de l’IUT, les animateurs multimédia de la ville et d’ailleurs, les habitants, les enseignants….

Au programme : un café-débat, des ateliers participatifs où se mélangent curieux et professionnels, bidouilleurs et amateurs, hyperactifs et retraités, ultra-connectés et anti-web.

Apprendre à inventer 

Venez découvrir de nouvelles façons de créer à travers des outils simples et accessibles qui permettent de donner vie à vos idées. Du makey makey au leap motion en passant par la réalité augmentée, vous pourrez créer votre dispositif numérique et organiser des ateliers créatifs pour tous les publics.

Apprendre le code

Apprendre à lire, écrire et compter ne suffit plus. Il est nécessaire d’apprendre à coder. Cet atelier permettra de mieux comprendre la face cachée du numérique et de s’initier à la beauté des algorithmes. Pour cela, Robot Rise vous aidera à démystifier l’informatique en conciliant apprentissage du code et plaisir du jeu. Vous pourrez mesurer vos connaissances et vous familiariser progressivement avec les langages de programmation. L’objectif de cet atelier est de vous apporter les ressources nécessaires pour organiser un coding goûter et (re)donner le goût de la culture scientifique et technique tout en s’amusant.

Apprendre à concevoir des objets

Comment sortir d’une logique industrielle et passer de l’idée à la réalisation concrète ? Venez découvrir l’univers des FabLabs, repairs cafés, makers spaces… En partant de démonstrations concrètes et en partageant expériences et usages, on proposera la mise en place d’ateliers de fabrication utiles aux citoyens.

Construire une pensée critique

Cet atelier a pour objectif de vous sensibiliser aux différentes controverses du numérique. A travers une timeline participative, venez explorer les évolutions technologiques, les prises de position et les mouvements de la contre-culture. L’objectif sera d’acquérir une culture numérique et d’être outillé pour animer un atelier d’éducation critique.

Apprendre à partager

La question des biens communs demeure un enjeu essentiel du web. Internet ne doit pas être seulement un espace marchand, mais un lieu de partage et d’échange. Il nous paraît donc important d’apprendre à trouver des ressources libres de droit et à les utiliser, non pas dans une optique de consommateur, mais de citoyen participatif capable lui aussi de les enrichir. Venez contribuer à l’élaboration d’une piratebox !

Apprendre des autres

Aller voir chez les autres, s’inspirer de leurs pratiques, décloisonner les savoir-faire : rien de tel que bousculer nos propres habitudes de travail. Par exemple, certaines pratiques ludiques peuvent être transposées dans des pratiques professionnelles, pédagogiques et autres. Pourquoi ne pas imaginer un Fontenay Game – adaptable et personnalisable – sur le modèle du Trivial Pursuit ? Mais il existe bien d’autres pratiques inventives que les serious games. La créativité au service de l’innovation sera le fil conducteur de cet atelier.

MémoRise, Webdocumentaire :

Ce film est constitué d’un croisement de témoignages recueillis auprès de Fontenaysiens de diverses générations sur le thème de l’apprentissage. Qu’avez-vous appris ? Comment l’avez-vous appris ? Qu’aimeriez-vous apprendre ? Le numérique a-t-il été pour vous utile ? Chaque parcours est singulier, tous ont quelque chose à nous apprendre.

Venez à votre tour apprendre avec nous suivant les principes d’une culture libre, ouverte et partagée.

Le 6 mai 2015, de 9h à 17h30 à la MDCVA .

Pour vous inscrire : http://internetsolidaire.fontenaynumerique.fr/inscrivez-vous/

 

 

 

 

CORPS MACHINE

La venue à la médiathèque du Beatboxer Black Adopo pour un atelier immersif parsemé d’expérimentations vocales et numériques, nous donne l’occasion de  nous pencher sur les interactions homme machine depuis l’avènement de l’informatique, dans le cadre de projets créatifs.

De la ligne de commande des premiers ordinateurs à l’Oculus Rift (casque de réalité virtuelle), en passant par la souris ou le tactile, les outils ont bien évolués et permettent aujourd’hui  de multiples interactions avec le PC.

La souris tout d’abord, avec l’émergence des premiers systèmes d’exploitation à interface graphique, fut une première manière de naviguer dans l’espace virtuel de la machine avec un outil tactile qui a connu quelques évolutions depuis sa naissance en 1964. (histoire de la souris)

Souris des origines :

Souris Gamer en 2015:

Le principe du « point and click » fit la réputation de certains jeux, et a largement fait ses preuves depuis dans le domaine des ordinateurs personnels et du travail bureautique. Si ce petit périphérique a permis de populariser l’utilisation des ordinateurs auprès d’un large public, force est de constater que son utilisation demeure assez rigide et ne permet pas à l’utilisateur d’élaborer une gestuelle gracieuse ou de s’extraire de la position assise et bien souvent voutée, si caractéristique des « nerds » ou des « gamers » (sans offense pour eux), imposée par le couple souris/clavier.

Joysticks, manettes, télécommandes, autant de déclinaisons avec ou sans fil, d’un outil qui, hormis la main, ne sollicite pas d’autres parties du corps faisant de l’être un homme cerveau (dans le meilleur des cas) ou un spectateur avachi, les jours de paresse, ayant bouclé les stades de l’évolution par un curieux affaissement du tronc et de la colonne vertébrale le renvoyant ainsi à ses balbutiements.

Une petite révolution se met cependant en place depuis le début des années 2000. Avec les jeux vidéo tout d’abord, comme la wii ou la xbox, deux consoles permettant de jouer debout et d’interagir avec les jeux selon une gestuelle plus ou moins complexe.

Très rapidement, ces procédés d’interaction homme/machine ont été repris et détournés par les artistes, notamment le kinect de la xbox, pour permettre de nouvelles relations aux œuvres d’arts via la connexion du capteur de mouvement à un pc et l’écriture de quelques lignes de codes. Les spectateurs, visiteurs, se voient désormais retourner le résultat de leur déplacement dans l’espace et peuvent ainsi interagir de manière dynamique avec l’œuvre non plus seulement contemplée, mais aussi manipulée.

La généralisation des interfaces à écrans tactiles sur smartphones, tablettes et ordinateurs portables contribue, simultanément à l’apparition des consoles de nouvelle génération, à réintroduire une gestuelle « plus naturelle », moins figée dans l’espace, lors de l’utilisation des machines. La main se façonne selon une nouvelle gestuelle et se déplace sur l’écran bouclant ainsi le  »siècle à main » évoqué par Arthur Rimbaud… La main à charrue, la main à plume, la main à écran…

De l’autre côté de la chaine, l’apparition des casques de réalité virtuelle type « Oculus Rift » penche vers une orientation plus immersive, probablement plus cérébrale, du contact homme machine.

Si l’on ajoute à ces procédés la commande vocale, comme le Siri d’Apple, ou la commande oculaire présente sur les google glass, le temps de la souris semble  bien loin et le présent prend des allures de film de science fiction.

Souvenons-nous des machines dotées de conscience de 2001 l’odyssée de l’espace ou plus simplement de la série k2000, dans un registre plus inquiétant de la machine de contrôle d’Alphaville de Godard ou du Big Brother d’Orwell, des fantasmes d’hybridation de David Cronenberg, des images manipulées par Tom Cruise dans l’adaptation cinématographique du Minority Report de Philip K Dick, et nous voyons à quel point les interfaces de connexion hommes/machines, corps/machines,  tendent de plus en plus à la fusion ou du moins à l’hybridation. Un constat très inquiétant pour certains et fascinant pour les autres.

ORGANIC ORCHESTRA

Ici commence l’atelier animé par Black Adopo de la compagnie Organic Orchestra. Partant du Beatbox comme pratique musicale pure (à l’instar des chants tibétains ou inuit), envisageant le corps comme instrument de musique à part entière, comme boite à rythme humaine, l’artiste nous a présenté les possibles extensions de cette musique via la machine.

Le Kinect comme outil d’extension graphique de la performance, le Leap Motion comme outil permettant de moduler la voix  par la gestuelle, les tablettes tactiles et Smartphones comme instruments de scénographie instantanée, jusqu’au gant du spectacle Bionic Orchestra 2.0,construit à base d’Arduino, et manipulé par EZRA (autre membre de la compagnie) afin de pouvoir s’affranchir plus encore de la machine pour l’intégrer à même son corps via un gant connecté.

Les pistes de travail son vastes et les terrains d’expérimentations très riches. Que ce soit dans les domaines de la musique, de la danse, des arts graphiques, des jeux ou de la vidéo, les années qui viennent consacreront le corps comme outil d’interaction  principal avec la machine. Vous pouvez ranger vos bonnes vieilles souris et vous lever de vos chaises, le futur du numérique se dessine debout.

Petit résumé de l’atelier de Black Adopo à la médiathèque Louis Aragon : (les conditions de captation ayant été mauvaises, le son de la vidéo n’est pas toujours très audible)

 

 

Semaine de la bidouille

Du 23 au 27 février, la médiathèque vous invite à plonger un peu plus profond dans les entrailles de l’informatique avec une semaine dédiée à la « bidouille ».

Au programme :

Lundi 23 et mardi 24 février, de 14 h à 16 h 30 : Apprendre à construire un ordinateur de A à Z avec du matériel recyclé (découverte du Jerry DIT, un ordinateur pas comme les autres).

Jeudi 26 février, de 14 h à 16 h 30 : Plongez dans le monde de Linux, vous ne ferez pas marche arrière. Découverte de l’environnement libre et gratuit Linux. Installation et utilisation de divers OS.

Vendredi 27 février, de 14 h à 16 h 30 : Venez découvrir le Raspberry pi, un ordinateur miniature accessible à tous et aux utilisations multiples.

Parce que l’informatique ne rime pas nécessairement avec « obsolescence programmée », parce qu’il est des usages éthiques des outils numériques, parce que les outils sont aussi des biens communs à portée de main ou de clic, cette semaine se veut résolument tournée vers l’intelligence collective, le partage des savoirs, la découverte d’une culture numérique à hauteur d’homme et la réappropriation des outils.

N’hésitez pas à venir nombreux avec ou sans vos outils, ordinateurs usagés, matériel « obsolète »… Nous parviendrons avec un peu d’imagination à les recycler.

Plus d’informations sur le site internet de la médiathèque (par téléphone au 01 49 74 79 60 ) ou en vous rendant directement à l’espace multimédia de la médiathèque Louis Aragon.

Programmation numérique de la médiathèque Aragon (Janvier-Avril 2015)

De janvier à avril 2015, la fabrique numérique vous réserve un beau programme d’ateliers.

 

Les débutants pourront de nouveau suivre un cycle complet leur permettant d’appréhender les rudiments de l’informatique, d’internet, de la sécurité sur le web et de la bureautique.

Les jeunes pourront s’initier à la retouche d’image, ainsi qu’à la création de jeux vidéo et de bd numérique.

Des ateliers découvertes seront aussi proposés un samedi sur deux pour explorer le monde via les cartes en ligne, découvrir les plus beaux musées virtuels, connaitre des sites ressources pour les podcast audio et vidéo, etc…

Nouveautés :

F.A.Q : Un mardi sur deux, de 17h30 à 19h30, venez participer à la F.A.Q (foire aux questions). Un animateur sera là pour répondre à la plupart de vos questions liées à l’informatique et au numérique.

Création numérique : Un mardi sur deux également, de 17h30 à 19h30, venez découvrir un outil de création numérique (P.A.O, Retouche photo, M.A.O…) et vous perfectionner pour mener à bien vos projets créatifs.

Sans oublier les vacances numériques, destinées à tous les public (quel que soit votre âge).

Les vacances de février seront dédiées à la bidouille et l’espace d’une semaine, la salle multimédia se métamorphosera en « FABLAB » éphémère (fabrication d’ordinateurs Jerry, utilisation de raspberry pi…)

Pour les vacances du mois d’avril, l’activité FSB STREET ART est reconduite. Nous vous proposerons de partir à la découverte d’un nouveau quartier de la ville, équipés de tablettes tactiles, pour enrichir le site ainsi que les cartes interactives.

En espérant vous voir nombreux à la médiathèque et en vous souhaitant de bonnes fêtes (loin des pixels…)

FSB STREET ART

FSB STREET ART : un site internet pour valoriser les œuvres de Street Art à Fontenay-sous-Bois
 photo _DSC1254_zps94e1bbe5.jpg

Fontenay-sous-Bois n’abrite ni Beaubourg ni le Palais de Tokyo, mais l’un des plus beaux musées à ciel ouvert d’île de France. De Némo à Jeff Aérosol, en passant par Mosko, Mesnager, Papamesk et bien d’autres artistes, les rues de Fontenay invitent à la rêverie, à la contemplation et à la prise de conscience. Loin de défigurer la ville, le Street Art la révèle et invite à la redécouvrir. Ceci, en grande partie, grâce à l’initiative d’ART CITÉ et à l’invitation faite à ces artistes de divers horizons, il y a quelques années, de venir à Fontenay pour y travailler l’espace public.

Fort de ce constat et du paysage s’offrant à nous lorsque nous nous promenons dans les rues de Fontenay, l’idée d’une série d’ateliers d’expression écrite et visuelle, s’appuyant sur l’imaginaire déployé sur les murs de la ville, à germé.

La première session d’ateliers à eu lieu lors des vacances de la Toussaint et a permis à un groupe de CM1/CM2 du centre de loisirs Romain Rolland de redécouvrir les rues de leur ville à travers un parcours « connecté » allant de la médiathèque à la maison du citoyen en passant par la mairie.

Pour ce parcours, les enfants étaient équipés de tablettes tactiles (prêtées par la ville) ainsi que de carnets pour noter, photographier, dessiner et rendre compte au mieux de leurs impressions face aux œuvres de Street Art.

 photo _DSC1201-Copie_zps59c5d78c.jpg
 photo _DSC1221_zpsdb31fe35.jpg

Vous pouvez d’ores et déjà naviguer sur le tout nouveau site FSB STREET ART pour découvrir ce qu’ont fait ces participants avec les œuvres de Street Art glanées au fil du parcours.

Vous pouvez également effectuer à votre tour ce parcours en vous inspirant de la carte interactive créée pour l’occasion, du récit spatialisé, ou en imprimant le petit guide ci-dessous :

 

 Le projet continue! Les prochaines sessions d’ateliers auront lieu du 20 au 24 avril, durant les vacances de pâque 2015. Les inscriptions sont gratuites et ouvertes à tous, quel que soit votre âge.

Renseignements auprès des animateurs multimédia de la médiathèque Louis Aragon ou au 01.49.74.79.62.

N’hésitez pas non plus à venir visiter la « micro-exposition » retraçant ce premier parcours à l’espace multimédia de la médiathèque.

Bonne promenade….

Digital Café

 Vendredi 5 décembre, de 18 heures à 20 heures, venez à l’espace multimédia de la médiathèque Aragon pour assister à la première édition du Digital Café.

Ce temps d’échange autour des problématiques liées au numérique vous proposera pour cette première session d’aborder l’impact de ces technologies sur l’environnement, les conditions de travail, les comportements humains dans les sociétés dites « numérisées » au sein desquelles demeure malgré tout une véritable fracture entre personnes « connectées » et personnes démunies face aux outils numériques.

Au programme :

-Présentation de l’ordi recyclé JERRY D.I.T ( un ordinateur entièrement reconstitué dans un Jerricane)

-Mouvement des makers, émergence des tiers lieux et des fab labs : Une alternative au chacun pour soi.

-Le Fairphone : un smartphone qui applique les règles du commerce équitable.

-Ara : Un smartphone qui lutte contre l’obsolescence programmée?

-Raspberry pi : un mini ordi qui peut permettre de lutter contre la fracture numérique.

-Et aussi : Linux, Framasoft, logiciels libres…

N’hésitez pas à venir nombreux avec vos questions, vos objets « bricolés » et à intervenir sur un sujet ou un autre. L’entrée est libre et gratuite.

Informations : Médiathèque Louis Aragon, Espace multimédia,

2 avenue Rabelais, 94120 Fontenay-sous-Bois / 01.49.74.79.62

Ce que les abeilles disent aux geeks

Les Gourmandines nous offrent l’occasion d’évoquer sur ce blog l’influence que peuvent avoir parfois les abeilles sur les hommes (et même sur les geeks). A l’heure de la monoculture et des ravages qu’elle exerce dans les campagnes sur nos amies faiseuses de miel, les apiculteurs ont eu la bonne idée de réinvestir les villes et certains urbains de se faire apiculteur. C’est le cas à Fontenay avec, par exemple, l’association Abeille Machine qui produit un excellent miel issu de ruches éparpillées dans divers quartiers de la ville. C’est aussi le cas à Saint Denis, avec l’initiative remarquable d’Olivier Darné, instigateur du collectif Zone Sensible et de la BANQUE DU MIEL.

Mais quel rapport avec le numérique me direz-vous? C’est l’opportunité ici d’évoquer le sujet en termes de graphisme, d’initiative Citoyenne et de biens communs . Et de mettre en avant le superbe site “LA BANQUE DU MIEL”, haut lieu de ressources numérique et d’inspiration apicole.

En terme de graphisme tout d’abord, parce qu’avant d’être apiculteur, Olivier Darné est un artiste plasticien. Il a décidé un jour d’installer des ruches sur le toit de son atelier à Saint Denis et de là a émergé l’idée de la BANQUE DU MIEL et du miel béton (miel issu de ses ruches urbaines). Le graphisme et l’expression plastique, poétique et militante épousent désormais le travail apicole d’Olivier Darné et du collectif Zone Sensible (artistes, apiculteurs, artisans, citoyens, participent à redéfinir l’espace public et le bien commun en s’inspirant du monde de la ruche). Les belles affiches aux slogans post-68 d’Emmanuelle Roule illustrent à merveille cet état d’esprit et s’inscrivent dans une période de regain d’intérêt pour le graphisme, ceci en grande partie grâce à l’accessibilité des outils numérique. (L’occasion de rappeler que la médiathèque de Fontenay organise régulièrement des ateliers pour vous initier à ce type d’outils et met à votre disposition un poste dédié à la création numérique).

Avec l’émergence d’internet, des logiciels libres (et aussi du “téléchargement illégal”), des outils auparavant destinés à des professionnels formés dans des écoles d’art ou de design se retrouvent dans les mains de tout un chacun et “l’espace public numérique” (Internet) regorge désormais de trésors graphiques et plastiques. Une tendance aux affiches minimales se dégage d’ailleurs avec des artistes tels que Olly Moss, spécialisé dans la ré-interprétation d’affiches de cinéma.

LA BANQUE DU MIEL intègre donc la dimension graphique et artistique au cœur de son projet avec, par exemple, le beau “compte épargne abeille” conçu encore une fois par Emmanuelle Roule.

Ce compte épargne propose “de produire de la richesse et du collectif plutôt que de l’argent et de la solitude”.

Là réside la démarche citoyenne. Au même titre que le mouvement de l’Open Source et du logiciel libre, il s’agit de faire de la production de miel, de la vie des ruches, un bien commun inaliénable. Là encore, le numérique, via le web, offre un véritable espace ressources, documenté, beau et sensible, tout droit venu du murmure des abeilles…

Et si cet article vous semble un peu flou, n’hésitez pas à vous aventurer en zone sensible, vous y trouverez toutes les informations pour mieux comprendre LA BANQUE DU MIEL.

Liens :

Zone Sensible

La Banque du miel

Emmanuelle Roule

Entretien avec Olivier Darné dans le cadre de l’émission « On ne parle pas la bouche pleine » sur France Culture.

 

PARENTS : DES ATELIERS «INFORMATIQUE» POUR VOUS !

Dans le cadre du projet ORDIVAL mis en œuvre par le Conseil Général du Val de Marne, l’AFEV propose des ateliers gratuits à destination des parents qui souhaitent s’initier à l’utilisation de l’ordinateur et d’internet et ainsi accompagner leurs enfants dans la pratique de ce nouvel équipement. En effet, depuis 2012 chaque élève de 6e se voit équipé d’un ordinateur portable.

Ces ateliers hebdomadaires d’une heure et demi, vous permettent de vous familiariser avec l’ordinateur et ses divers usages. Ainsi, vous pourrez notamment développer votre capacité à utiliser plus facilement internet, et ainsi accéder au site du collège de votre enfant, ce qui vous permettra de vous tenir informé des actualités du collège, de l’emploi du temps de votre enfant…

Ces ateliers seront aussi l’occasion d’organiser des rencontres avec des intervenants spécialisés sur les réseaux sociaux, internet et adolescence…

Ces ateliers ont lieu tous les mardis de 18h a 19h30 au collège Jean Macé de Fontenay, à partir du 4 novembre.

Pour nous contacter : appelez-nous au 01 42 07 80 89 / 06 29 48 19 12.

La fabrique du numérique (Programme octobre-décembre 2014)

Le nouveau programme des ateliers multimédia proposés à la médiathèque est arrivé.

A partir du premier octobre, débutants, jeunes minecraftiens bâtisseurs et insurgés, néo geeks épanouis ou simples curieux du pixel, ne cherchez plus de refuge. La médiathèque vous accueille IRL (in real life) et vous fait passer de la lumière de l’écran à la lumière du soleil en un clic de souris.

Des rudiments de l’informatique à l’écriture numérique en passant par le Street Art, la photographie, les jeux vidéo ou les mooc, le programme s’annonce vaste et ambitieux.

Inscrivez-vous dès aujourd’hui auprès des animateurs ou en appelant la médiathèque au 01.49.74.79.60. Les ateliers sont gratuits.

Nous reviendrons plus en détail sur  les temps forts durant les vacances de la Toussaint (écriture numérique et création d’un court métrage) ainsi que sur la première édition du Digital Café le vendredi 5 décembre.

En attendant, voici le programme.

En espérant vous voir nombreux à la médiathèque.